AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Plume

Féminin « Où suis-je ? » : « - Marco ? - Polo ! »
« Que fais-je ? » : « je navigue tranquille sur l'internet ! ♫ »
« Comment va ? » : « et tu sais, je suis sûre qu'elle l'a très bien pris parce qu'elle se sentait délicieusement bien ce jour là ! »


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Dim 1 Aoû - 15:28

«Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé. Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé. Il existe des situations comme la mienne où l'on doit faire le deuil d'une personne vivante et qu'on aime.»

Spoiler:
 

Je vous parle là d'amitier, fraternité.. mais pas forcément d'amour.
Je sais pas si cela vous est déjà arrivé, mais personnellement oui. Vous êtes assez proche d'une personne, et presque du jour au lendemain, tout est terminé. Vous n'avez plus d'appel, plus de messages, plus de visites. Mais les pensées et les souvenirs restent.
Alors, quoi ? On déteste la personne, on en parle plus et on se dit à soi-même que de toute manière on la hait. Puis, il y a un geste, une journée, un événement, une chanson.. et tout vous revient en plein figure. Ca fait mal. Mais le mal est pire quand on pense qu'elle (ou il) a carrément réussit à nous oublier.

L'histoire vous est déjà arrivé ? Avez-vous réussi à vous en remettre et à continuer..?
Car personnellement, elle me manque beaucoup, ça va faire bientôt deux ans.. et il m'arrive encore de pleurer parce qu'elle me manque. De me dire qu'elle était la seule qui me comprenait, et que sans elle je suis un peu perdue. Si vous avez un remède, miracle ou non.. je suis preneur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neversaynever9t.livejournal.com/
Pas de rang spécial

Féminin « Où suis-je ? » : Quelque part où tu ne me trouveras pas ;)
« Que fais-je ? » : Je pense à partir en vacances *zbaff*
« Comment va ? » : La vie est belle ! :D


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues:

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Dim 1 Aoû - 15:54

    Déjà, je ne suis pas d'accord sur le fait qu'"Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé". M'enfin ça après, chacun réagit différemment !

    Ca ne m'est jamais arrivé, tout simplement parce que je n'ai jamais connu de forte amitié, ou de forte relation de ce type. Sans doute une façon pour moi de me protéger. J'ai des amis, mais je ne leur donne pas tout, je ne leur confie pas tout, je ne m'attache pas à eux, surement par peur de subir ce que tu décris ici. Alors oui, des "amis" m'ont lachés, les gens changent alors forcément que les relations changent aussi. Je comprends que ça puisse être dificile, mais il faut essayer de faire avec tout ces changements, et d'évoluer aussi.
    Il n'y a pas de remède miracle, avec le temps ça va s'attenuer. Je ne vais pas te dire de l'oublier, tout simplement parce que c'est impossible, mais de garder votre amitié dans un coin de ta tête et de ton coeur, et te remémorer seulement les bons moments. Il faut que ces souvenirs te fassent sourire, et non pas te rendre mélancolique et triste. Mais je sais que c'est dur ...

    Mon message ne va sans doute pas t'aider, mais j'avais envie de réagir (:
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plume

Féminin « Où suis-je ? » : « - Marco ? - Polo ! »
« Que fais-je ? » : « je navigue tranquille sur l'internet ! ♫ »
« Comment va ? » : « et tu sais, je suis sûre qu'elle l'a très bien pris parce qu'elle se sentait délicieusement bien ce jour là ! »


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Dim 1 Aoû - 16:13

Vela. a écrit:
    Déjà, je ne suis pas d'accord sur le fait qu'"Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé". M'enfin ça après, chacun réagit différemment !


Le titre, je l'ai trouvé quelque part.. c'est pas de moi. Donc oui, chacun réagit différemment.

Merci d'avoir répondu, tout de même.
Maintenant, je donne plus.. je m'attache pas aux gens, du moins j'essaie. Je peux être là pour les gens, mais c'est tout.. je me confie pas à eux ni rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neversaynever9t.livejournal.com/
Pas de rang spécial

Féminin « Où suis-je ? » : Quelque part où tu ne me trouveras pas ;)
« Que fais-je ? » : Je pense à partir en vacances *zbaff*
« Comment va ? » : La vie est belle ! :D


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues:

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Dim 1 Aoû - 17:13

    Désolée alors d'avoir réagit comme ça à cette phrase ;D
    Je ne te dirais pas que c'est bien ou pas de ne plus s'attacher aux gens, car c'est quand même difficile, mais on souffre sans doute moins ... Je pense qu'il faudrait pouvoir trouver un juste milieu, mais c'est quasiment impossible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Administrateur

Féminin « Où suis-je ? » : Je suis en parfaite osmose dans mon cosmos...
« Que fais-je ? » : Je suis toute seule dans ma tête, rejoignez-moi !


Carnet de folie
Degré de folie:
100/100  (100/100)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Obnubilation par les arts plastiques

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Dim 1 Aoû - 18:39

Citation :
Je ne te dirais pas que c'est bien ou pas de ne plus s'attacher aux gens, car c'est quand même difficile, mais on souffre sans doute moins ...

Oui...c'est pas faux du tout...Moi, je me suis séparer un milliard de fois avec tout mes amis, je l'ai est quasiment tous perdue de vue à chaque fois que, je partais faire mes études ailleurs. Née sur le Continent, j'ai eu des amie petites, en qui je tenais beaucoup. J'ai eu beaucoup de mal à me séparer d'eux quand je suis partie en Corse (j'avais 10 ans). On est encore un peu, enfin assez sensible à certaines choses...Je les ai tous perdus de vue pour les retrouver genre , 10 ans plus tard grâce à Facebook ^^". ça m'a fait bizarre mais, avec le temps...En fait, je leur reparle juste de ce que j'ai connu durant nos retrouvailles et après, il reste dans un coin de ma mémoire et sur facebook, je ne leur parle pratiquement jamais...En grandissant, tu les oublie de plus en plus et de temps à autres, tu te rappelle d'eux, ça te fait sourire ou bien pleurer, c'est peut-être normal, tout dépends de ta sensibilité vis à vis de cela.

Après être venu en Corse, c'est pareil, je me suis faites des amis au collège et j'ai du partir plus loin d'eux pour faire ce que je voulais. Après, j'ai découvert des gens, un peu plus comme moi, avec des préférences communes...et je me suis rendue compte que, ce qui était des amis au collège était plus en réalité, de simple copine de classe, rien de plus...Donc, ça m'a un peu fais chier car, elle m'ont dit ouvertement que je les ai abandonnés. J'allais pas non plus resté pour leur beaux yeux sachant que je voulais faire des études et elles, elles ne voulait pas continuer à bosser. M'enfin, avec le recule, je me rends compte que j'avais rien en commun avec ces filles...

Puis, vient le Lycée, c'est cool. Là, j'ai encore des amis (pour l'instant), je les connais depuis 5 ans maintenant, on se partage beaucoup de choses, parfois on se dispute, ce qui est bon signe d'ailleurs ! haha ! Donc...j'espère en revanche qu'eux, ce sera pour toujours :) Même si...je dois partir à Paris l'année prochaine, je suppose que j'en perdrais, mise à part si, je garde un contact soudé, ça dura surement ^^

J'avoue, c'est HS mais bon...c'est juste pour comprend quoi...

Après, je connaissais un type au lycée, que j'appréciais beaucoup, on se parlait souvent puis, dès que Monsieur se la sentait plus, oui, parce que c'était un gros prétentieux pourri gâté...Il m'a dit..carrément qu'en réalité, je n'étais qu'une pure distraction au lycée, maintenant, (il 2 ans de plus que moi), il me disait, je ne fréquente plus les petites merdeuses (j'en avais 18...et c'était plutôt lui le merdeux dans l'histoire). Après, il a eu une copine, j'avais encore son MSN à ce mec, je lui envoyer parfois des messages sur MSN. Vous savez pas ce qu'il m'a sorti ? "Tu viens me harceler parce que j'ai une copine, j'en suis sur que tu veux en faite ruiner mon couple, efface moi tout de suite, viens plus me parler..." ...Bah, je l'ai envoyé chier et je l'ai fais. Depuis, je le hais, dès que j'entends son nom je l'insulte et si je vois sa face, ben, je l'expose. Ou, je l'ignore, un mec comme ça...vaut mieux pas trop le regarder, il ne mérite pas. Puis, on se brulerais les yeux...

Fin voilà...c'est toute mon histoire d'amitié perdue et je pense que...ça continuera car, je dois surement avoir un défaut : il m'arrive de ne jamais donner de nouvelles au gens pendant de longues périodes car, il y a souvent des problèmes qui prennent le dessus sur l'amitié...

❛ _________________ ❜
The city breathing
The people churning
The conversating
The price is what?....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://disenchanted-dream.tumblr.com/
Pas de rang spécial

Féminin « Où suis-je ? » : Dans l'antre secrète du génie pas malin
« Que fais-je ? » : Je pleure sur la tombe de mon stylo préféré. Adieu, fidèle compagnon.
« Comment va ? » : c r e v é e


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Gourmandise psychotique

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Dim 1 Aoû - 18:46

    Je l'ai connu, pendant plusieurs mois je n'ai plus parlé à ma meilleure amie, on se connaissait depuis longtemps, et on était presque tout le temps fourrées ensemble depuis 1ans et demi. Un jour, on s'est vraiment, vraiment engueulées. On s'est plus parlées du tout. Bloquée sur MSN, supprimée de FB, on a utilisé les grands moyens quoi. Mais elle me manquait terriblement.
    Finalement, j'ai arrêté de jouer la tête dure. Je ne me suis pas excusée, je ne pensais pas avoir à le faire, mais je lui ai écris un message sur FB. Une heure plus tard elle sonnait chez moi. Ca n'a plus jamais été comme avant, surtout que mon école est dans une autre ville maintenant, donc je suis pas souvent dans la même ville qu'elle, mais on est revenue de bonnes amies.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pas de rang spécial

Féminin « Où suis-je ? » : Dans les étoiles.
« Que fais-je ? » : Je pense, je papillone, j'écris, je vis, j'aime.
« Comment va ? » : Comme une vacancière.


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Gourmandise psychotique

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Dim 1 Aoû - 18:52

    J'ai connue une histoire similaire avec ma meilleure amie : elle habite à Paris et il y a maintenant 2 ans que j'ai déménagé à Toulouse. La distance ne nous a pas séparé et j'espère qu'elle ne le fera jamais. Cependant, nous avons eu en février une grosse, grosse engueulade : je passe toutes mes vacances à Paris et là, il y a eu gros clash pour divers raisons. Pendant plusieurs mois, nous ne nous parlions plus. Ca a été très dur pour moi, mais je pensais que c'était nécessaire (et je n'ai pas eu tout à fait tort). Finalement, elle a ouvert les yeux pour remarquer que j'avais tout à fait raison et elle est revenue vers moi. Au début, c'était très différent, nous restions lointaines. Mais maintenant, tout va bien !

    Des histoires comme ça, j'en ai eu plusieurs, que ça soit avec mon chéri ou un ami très proche : des mois et des mois sans se parler avant de finalement, craqué. Cependant, et heureusement, à chaque fois, nous nous sommes retrouvés et bien plus proches qu'avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Plume

Féminin « Où suis-je ? » : « - Marco ? - Polo ! »
« Que fais-je ? » : « je navigue tranquille sur l'internet ! ♫ »
« Comment va ? » : « et tu sais, je suis sûre qu'elle l'a très bien pris parce qu'elle se sentait délicieusement bien ce jour là ! »


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Lun 2 Aoû - 18:02

Toutes vos histoires positives me donne un peu d'espoir. Mais, même si je crois que je vais espérer encore longtemps, je sais que je ne pourrais plus redevenir son amie. Du moins, elle ne pourra plus redevenir mon amie.

C'est que c'est assez compliquée, notre amitié. On s'est connu parce qu'elle sortait avec mon frère. On s'est tout de suite bien entendue, on aimait les mêmes choses à la télé, à la radio, en général, etc.. Vraiment pire que deux meilleures amies. J'étais la petite sœur qu'elle n'avait jamais eu. Quand je me disputais avec des copines, elle le voyait que j'allais mal et me questionnait. La seule, même ma famille ne voyait rien. Quand j'ai fais des bêtises par raison de ce qui se passait chez moi, elle s'est inquiétait pour moi (je travaillais plus, je faisais rien de mes week-ends, les profs se plaignaient de moi, et je devais passer un examen..) bref, vraiment bien. Et j'étais la petite sœur parfaite, je lui demandais de me raconter ses sorties, sa vie amoureuse (qui était avec mon frère, mais c'était intéressant). On était vraiment là l'une pour l'autre.
Leur histoire c'est mal terminée, vraiment. Elle a gardé le contact avec moi. Et alors qu'elle avait comprit que mon frère et elle ça ne reprendrait pas, j'espérai pour elle.
Bref, je devais passer des vacances chez elle; elle a annulé le lundi de la semaine ou je devais y aller. Parce qu'elle avait vu l'une de mes sœurs, son comportement l'avait blessée, et elle me pensait comme elle. Après tout, mon frère restait mon frère, et elle voulait être sure de s'en remettre avant de continuer à être là pour moi, et fichait en l'air sa guérison ou encore mon lien avec mon frère.
Mais, maintenant, elle va bien, elle s'est construite une autre vie. Vraiment, j'ai eu des nouvelles par sa mère, par une amie en commun.. Mais elle revient pas. Je la hais de m'avoir menti comme ça.. Mais pourtant elle me manque.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neversaynever9t.livejournal.com/
avatar
Chaaw
Rebelle discrète
Habitué

Féminin « Où suis-je ? » : Dans mon salon. Dans ma chambre. Ca dépend des jours :)
« Que fais-je ? » : Je sais pas, mais je devrais sûrement être en train de travailler pour la fac.
« Comment va ? » : Comme quelqu'un qui voudrait pouvoir hiberner pendant tout l'hiver tellement je manque de sommeil


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Aliénation à la culture

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Lun 2 Aoû - 18:28

Ah, parlons d'amitié, c'est mon sujet de prédilection. Ma vie amicale a été un véritable champ de mines. J'vais pas tout te raconter, mais on va dire que jusqu'à mon année de troisième, j'ai pas réellement eu d'amis, passant d'un groupe à un autre sans vraiment m'attacher, voire me faire rejeter. En troisième, un jour où j'étais malade, une fille de ma classe a été voir mes "amies" pour leur donner mes devoirs pour qu'elles me les apportent (sachant que l'une des deux habitait à 20 mètres de chez moi) et elles l'ont envoyée chier en disant qu'elles s'en foutaient de moi.

Ca a été l'élément déclencheur. Je préférais encore être toute seule que d'être avec des connes, et puis j'ai fini par m'incruster dans le groupe dont la fille de ma classe faisait partie. J'ai bien fait. Depuis la troisième, ce sont mes amis, du moins la majorité d'entre eux. On est toujours "le groupe", et même si on était répartis dans 3 lycées différents on continue à se voir (d'ailleurs c'est l'anniversaire de l'un d'entre eux auquel je vais ce soir). Et je sais qu' à eux je peux tout dire, tout confier, ils ne jugeront jamais. Si on a tenu 4 ans séparés, les années lycée, les plus difficiles amicalement, alors je sais qu'on restera soudés pour toujours. Après c'est peut-être utopique ou quoi de ma part, mais j'y crois.

Si je te raconte tout ça, c'est pas pour te montrer à quel point ma vie amicale est idyllique et cent fois meilleure que la tienne, ce n'est pas le cas. Comme je l'ai dit la majorité du groupe est resté soudé, mais deux-trois personnes ont suivi leur propre chemin. Y'en a un qui a déménagé à Toulouse. Y'en a un qui a pris la grosse tête & se trouve trop cool pour traîner avec nous, y'en a un autre qui s'est fait d'autres amis mais qu'on continue à voir de temps en temps. Et y'en a une... qui a soûlé tout le monde et qui s'est fait jeter petit à petit par chacun d'entre nous. Par moi le plus violemment. C'était ma "meilleure amie" (expression bidon s'il en est, je l'ai compris maintenant). Mais elle était insupportable, possessive, n'acceptait pas que je voie d'autres personnes (même ceux du groupe), voulait tout le temps que je vienne dormir chez elle alors que je détestais l'ambiance qui régnait chez elle. Après un petit évènement que je passerai sous silence, je l'ai envoyé bouler royalement, et tout le monde s'accorde pour dire que j'avais raison. Pour le coup c'est moi la méchante qui ait coupé les ponts brutalement. Je la déteste, je peux le dire ouvertement. Mais c'est pas pour autant que j'ai oublié tout ce qu'elle m'a fait découvrir, je sais que je lui dois certaines choses. Tout ça pour dire que les souvenirs que tu as avec une personne font partie de toi, de ton passé, de ton histoire, même si cette personne ne fait plus partie de ta vie. Il faut que tu apprennes à vivre avec ces souvenirs mais sans cette personne.

Pour continuer mon histoire, ma vie amicale au lycée n'a pas été non plus très rose. Je me suis attachée à des gens, fortement, trop fortement. J'ai été déçue, plusieurs fois, trop souvent même. En trois ans, toujours aux environs de décembre, je me suis engueulée chaque année avec quelqu'un que je considérai comme une ou des amie(s) très importante(s). Heureusement que mes amis du collège, le groupe, était là, sinon j'aurai déprimé sérieusement. Moi aussi, je me suis dit que je ne ferai plus jamais confiance à personne, surtout après la dernière histoire en date. Aujourd'hui, plus de 6 mois plus tard, je relativise. Il ne s'agit pas de ne plus faire confiance à personne, mais plutôt de faire confiance aux bonnes personnes, et pas après 2 mois. La confiance, ça demande du temps pour être donnée, pour être appréciée à sa juste valeur. On ne fait pas confiance au premier venu, pour être sûr de ne pas être déçu un jour où l'autre.

Voilà, je sais pas si mon énorme pavé te servira, mais bon :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chaaw.livejournal.com
Plume

Féminin « Où suis-je ? » : « - Marco ? - Polo ! »
« Que fais-je ? » : « je navigue tranquille sur l'internet ! ♫ »
« Comment va ? » : « et tu sais, je suis sûre qu'elle l'a très bien pris parce qu'elle se sentait délicieusement bien ce jour là ! »


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Ven 24 Sep - 22:24

Chaaw,

merci pour ce pavé xD Je n'avais pas encore répondu parce que .. c'est un pavé ! LOL
Et puis, j'essayais d'avancer un peu. Ce sujet m'a fait du bien sur le coup, mais après de le relire, ça faisait légèrement mal.

Ce que tu dis m'aide un peu, il est vrai. Après t'avoir lu, je crois que je ne suis jamais tombé sur les bonnes personnes. Et je dois attendre de tomber sur les bonnes, après tout, la vie c'est ça : faire des erreurs pour mieux avancer et apprendre.

Un autre point, les souvenirs. Vivre sans elle, c'est dur c'est une question de chaque jour. Les souvenirs, c'est encore plus dur.C'est peut-être plus douloureux, car même les bons moments font mal quand je m'en souviens. C'est peut-être con, hein, mais quand j'écoute Avril Lavigne, je me rappelle de ce soir où elle était venu dîner à la maison et qu'elle avait passé une heure avec moi en écoutant Avril et me questionnant sur mon vrai premier petit ami. C'était un chouette moment, mais maintenant c'est plus possible.
Alors, je sais pas quoi faire. En même temps, on ne peut pas se forcer à oublier des souvenirs, ou alors expliquez moi ! Et d'un autre côté, son absence est assez lourde, alors si en plus il fallait faire comme si elle n'avait jamais existé.. non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neversaynever9t.livejournal.com/
avatar
Chaaw
Rebelle discrète
Habitué

Féminin « Où suis-je ? » : Dans mon salon. Dans ma chambre. Ca dépend des jours :)
« Que fais-je ? » : Je sais pas, mais je devrais sûrement être en train de travailler pour la fac.
« Comment va ? » : Comme quelqu'un qui voudrait pouvoir hiberner pendant tout l'hiver tellement je manque de sommeil


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Aliénation à la culture

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Ven 24 Sep - 23:27

Je pense vraiment qu'il faut que tu gardes tes souvenirs comme quelque chose de bon et de positif. Mais il faut aussi que tu te gardes en tête qu'elle est celle qui n'a plus voulu de toi (si j'ai bien compris) et qui t'as laissée tomber. Elle a changé, n'est plus la même personne. Essaie de séparer les deux : ton amie d'avant, avec qui tu as eu de merveilleux souvenirs, et ton "ennemie" de maintenant, qui t'a blessée et ne doit plus compter pour toi.
Je sais que c'est facile à dire, mais je pense que c'est vraiment la solution idéale.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://chaaw.livejournal.com
Plume

Féminin « Où suis-je ? » : « - Marco ? - Polo ! »
« Que fais-je ? » : « je navigue tranquille sur l'internet ! ♫ »
« Comment va ? » : « et tu sais, je suis sûre qu'elle l'a très bien pris parce qu'elle se sentait délicieusement bien ce jour là ! »


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Sam 25 Sep - 0:04

Tu as sûrement raison.
Il faut que je réussisse à faire face, à tourner la page. Après tout, j'en verrais sûrement d'autres, et des pires ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neversaynever9t.livejournal.com/
avatar
© Yumiita.
Psychopathe allumée du bulbe
Administrateur

Féminin « Où suis-je ? » : BOUH ! Juste derrière toi (a)
« Que fais-je ? » : Surpris si je te dis que je surf en ce moment sur Move It ?
« Comment va ? » : Comme une désespérée qui déteste le mois de Novembre *sbaff*


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Rage d'arts dramatiques

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Sam 25 Sep - 1:46

Bon, mon point de vue à moi va être un peu moins optimiste ... Mais c'est du vécu, et je le prend moi-même pas avec optimisme donc.

J'avais une amie que je connaissais depuis *compte* ... 13 ans, presque 14. Un bail donc. Dès le départ ça a été une relation longue distance, étant donné que je vis près de Paris et qu'elle elle vivait en face de chez ma grand-mère, dans les Alpes. Mais bon, on avait nos vies chacune de notre côté, mais à chaque vacances c'était la fête, on attendait ça avec impatience et on avait toujours des milliers de choses à se raconter. En fait, ça avait beau être celle de mes amies que je voyais le moins souvent, c'était pourtant sans aucun doute la meilleure de mes amies pour moi, elle arrivé en pôle position sans l'ombre d'une hésitation.

Oui mais voilà, de toute évidence c'était trop beau pour être vrai (si tenté que ça ai été réciproquement vrai un jour, mais là n'est pas le sujet). En janvier dernier j'ai eut une assez mauvaise période, ça allait pas trop à la fac', j'avais appris de mauvaises nouvelles d'un point de vue personnel, bref c'était pas la joie. Et c'est ce moment là que mon "amie" a choisi un beau jour, sans rien dire, de couper les ponts avec moi. Mais genre vraiment quoi, un soir je lui parlait par SMS normalement comme d'habitude, et le lendemain plus rien. Plus de SMS, plus d'MSN, elle avait déserté de tous les RPG où on était ensemble, silence radio quoi. Bien sûr moi je pouvais faire quoi ? Moi à Paris et elle à 600 bornes de là, je pouvais pas vraiment faire grand chose, je subissais la situation sans avoir d'explications et du coup j'ai commencé à me remettre en question. Je m'étais montée la tête toute seule en me demandant ce que j'avais pu faire de mal, j'en était arrivée à penser que j'étais une mauvaise amie, 'fin bref, j'me suis rendue malade pour elle quoi. Ça allait déjà super mal, mais là j'étais arrivée à un stade où tout ça accumulé je dormais plus, je mangeai plus, et je me gavais de somnifères que le médecin m'avait filé parce que c'était les partiels et que je pouvais pas continuer à rester comme ça sans dormir.

Je suis restée jusqu'aux vacances de Pâques sans aucunes nouvelles. A Pâques ça allait un peu mieux, j'avais eut le temps de me poser, de prendre les choses de plus loin et de me remettre les idées à peu près en place (mais bon, avant Pâques ça a pas été toujours facile, j'me sentais tellement mal intérieurement que ça se ressentait sur mon humeur, et ça créait des tensions avec mes parents notamment). Et donc en avril, je descend comme chaque années passer une semaine chez ma grand-mère, en face de ma soi-disant amie. Au bout de 3 jours toujours rien, donc je finis par lui envoyer un SMS en gros où je lui demandais si elle comptait venir ou bien si y'allait falloir que j'aille la chercher moi-même. Manque de bol comme par hasard elle était partie cette semaine là, mais elle revenait le vendredi. Donc, après une discussion "hoûleuse" par SMS où elle me disait qu'elle voulait pas s'expliquer & blablabla, je lui ai dit que le samedi soit elle acceptait qu'on s'explique soit je débarquai chez elle avec l'intention de ne pas bouger jusqu'à ce qu'elle s'explique qu'elle le veuille ou non. Finalement ça a marché, elle a accepté de me voir le samedi (j'ai appris par la suite que ses parents l'avaient un peu "forcé" parce qu'ils trouvaient qu'elle avait quand même été dégueulasse avec moi et qu'elle me devait au moins des explications, que j'estimais être tout à fait en droit de mériter après 13 ans.
Finalement les explications, ça a été un pur monologue, j'ai eut l'impression d'avoir parlé toute seule pendant quasiment tout le long. Au final elle a clôturé 13 ans d'amitié en me disant "Les amis ça va, ça vient, c'est comme ça. J'y peut rien si je me suis lassée de toi, c'est dégueulasse pour toi mais c'est comme ça." ... Sympa. Vive l'amitié hein ? Et le must c'est quand je lui ai demandé si elle avait pensé à se mettre 5 minutes à ma place et à se demander l'effet que ça pouvait faire de devenir une indésirable du jour au lendemain sans même savoir pourquoi ... Elle m'a juste répondu "non" ... ça se passe de commentaires --'

Au final j'ai fait une croix définitive sur elle, après Pâques j'étais fixée et j'avais pris la résolution ferme et définitive de ne plus verser une seule larme pour elle. Et puis quand je suis rentrée des USA cet été elle m'a recontacté ... LOL
Elle m'a envoyé un pavé en MP sur facebook, en me disant qu'elle se rendait compte maintenant qu'elle s'était comporté comme une sal*pe avec moi, que je méritais pas ça, qu'elle avait été injuste et qu'elle s'excusait. Elle avait eut des problèmes cet été et elle s'est rendue compte que ses soi-disant amis de lycées étaient tous trop occupés pour être là pour elle. Alors que moi j'aurai été là pour elle, même à 600 bornes j'aurai été là et si y'avait vraiment eut besoin j'aurai sauté dans un train sans hésitation pour aller la rejoindre. Sauf que ça c'était avant, et même si le fait qu'elle m'ait recontacté et les choses qu'elle m'a écrit dans son message je les sais sincères, ça empêche pas que le temps où j'aurai été là pour elle c'est fini. Elle sait que je lui pardonnerai pas et elle me l'a même pas demandé, après ce qu'elle a fait je pense qu'elle sait qu'elle mérite pas que je lui pardonne, après tout le mal que ça m'a fait et le temps qu'il m'a fallut pour m'en remettre.
Alors maintenant on se reparle vite fait. Environ un message FB par semaine, pour essayer de retrouver une discussion disons "posée". Mais je l'ai bloqué de MSN, je lui envoie plus de SMS, et je lui ai fait comprendre que quand je descendais chez ma grand-mère je tenais pas à la voir, et que si par hasard on sortait de chez nous en même temps, je ne la connaissais pas pour le coup.

M'enfin, tout un roman pour dire que personnellement j'ai perdu une amitié qui comptait énormément à mes yeux, et je me suis vraiment sentie trahie. Au point qu'aujourd'hui je pense que je ne pourrai pas refaire confiance à quelqu'un autant que je lui faisait confiance à elle. Je sais bien que tout le monde ferait pas ce qu'elle a fait, mais j'ai aucune envie de prendre le risque d'avoir mal à nouveau comme ça a été le cas pour elle. Et même si ça fait moins d'un an là déjà je vois que j'espère moins vis-à-vos des autres, je compte moins sur les autres et je sais que je peux compter que sur moi-même si j'ai pas envie d'être déçue. Et même une autre de mes amie dont je suis très proche, du coup maintenant j'essaye de prendre un peu de recul, parce que j'ai peur que ça se produise à nouveau justement ...

❛ _________________ ❜

      prince of persia ▬ rise of a new hero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
Administrateur

Féminin « Où suis-je ? » : Au paradis !
« Que fais-je ? » : Rien qui puisse être dit =p
« Comment va ? » : Un symbole ; ♥


Carnet de folie
Degré de folie:
40/50  (40/50)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Lun 27 Sep - 2:57

Alors, à mon tour, à mon tour ^^

Déjà, Yumi, faudra que je te pose une question quand on va se capter sur msn xD donc demain Wink

Ensuite, je vais être celle qui va encore plus casser tous les rêves ! Mais je vous conseille fortement de ne faire confiance à personne ! Ne vous fiez qu'à vous même, n'oubliez pas que vous êtes à la fois votre meilleure amie et votre pire ennemie. Il faut jongler avec ça. Bien sûr, une véritable amitié, ça existe, Dieu merci, ma meilleure amie me prouve à chaque instant qu'elle est différente mais, croyez-moi, la trahison n'est jamais loin ! Un jour, vous pensez qu'il y a une véritable complicité avec quelqu'un et le lendemain, tout s'écroule ! La trahison et la douleur sont d'autant plus fortes lorsque cette soi disant amie connaît tous vos pires secrets.

Il est vrai que je suis une personne solitaire, mais comme me l'a dit mon amie Yumita, entre être no-life et être trahie, le choix est vite fait ! Et bien, oui, quand on se fait trahir, ça laisse un goût amer ! Surtout quand ça arrive plusieurs fois ! Et oui, je suis tellement idiote que je me suis faite avoir pas moins de quatre fois je crois dont deux fois avec la même personne ! Alors, si vous pardonnez, faites bien attention à vous ! J'ai eu le malheur de pardonner une fois et je m'en suis mordue les doigts !

J'ai jamais vraiment eu beaucoup d'amis, parce que je suis une fille franche, naturelle, et ambigüe. Oui, ambigüe, ou plutôt sarcastique ! Je suis la fille dont il est facile de tout me mettre sur le dos parce que je suis une grande gueule. Mais ma grande gueule me protège. Je ne fais confiance à personne. On se protège comme on peut.

En fait, ça a commencé avec ma meilleure amie de collège, on était tout le temps fourré ensemble, et puis une troisième fille s'est ajouté à notre duo qui est donc devenue un trio. Et puis, un garçon avec les mains plus que baladeuses est devenu le copain de cette meilleure amie. Et, là, tout a dérapé ! Tout le monde s'est mis dans la tête que j'étais jalouse, que je voulais qu'elle quitte son copain, que j'étais une allumeuse. Ma meilleure amie a cru tout ça et, pire, elle a envenimé les choses. Le lendemain, c'était la troisième fille qui était devenue sa meilleure amie. Et puis, j'ai eu le malheur de dire à un mec que la fille dont il était amoureux sortait avec un autre (notez que lui et la fille n'étaient pas ensemble hein) et cette fille a crié au scandale, et on s'est battus ! J'ai entendu de la bouche de mon ex meilleure amie "va te faire défoncer ailleurs salope"... Croyez moi, ça fait mal ! Huit longs mois sont passés où je me suis sentie plus que seule, où je me faisais insulté. Cette ancienne meilleure amie m'a reparlé, s'excusant. Idem pour l'autre fille. Et puis, j'ai pardonné. Grave erreur !

La deuxième fille a déménagé en Normandie, et elle s'est elle même faite jetée par notre ex meilleure amie. Là, elle m'a compris ! On est devenues plus proches que jamais ! Jusqu'au jour où j'ai compris qu'il y aurait toujours pour elle une autre amie plus importante que moi ! Elle disait que j'étais tout pour elle, et qu'elle se pardonnerait jamais de m'avoir fait souffrir. Soi disant ! Et puis, plus de nouvelles, aucune. Elle est venue dans le 77 cet été, on devait se voir. Mais, elle ne m'a jamais rappelé ! Elle a passé "les meilleures vacances de sa vie" avec ses autres amies plus importantes que moi.

Ah, et puis, il y a cette amie de seconde. On était tout le temps toutes les deux ! J'admirais beaucoup cette fille pour sa maturité, sa capacité à ne pas s'énerver. A la fin de la seconde, elle est partie en BEP et je n'ai plus eu de nouvelles ! Je devais sans cesse faire l'effort de lui envoyer des sms auxquels elle ne répondait pratiquement jamais. Jusqu'au jour où j'en ai eu assez de faire des efforts !

Et, enfin, on arrive à la dernière. Et la pire je crois parce qu'avec ma meilleure amie, elle était la seule à connaître le moindre de mes secrets ! Même les plus sombres ! Tout comme ma meilleure amie, ça fait deux ans et demi presque qu'on se connait. Deux ans de galère dans la même classe ! Deux ans de soutien ! Deux ans à s'allier, à se protéger ! On s'est confiées tous nos secrets, tous ! Je l'ai soutenue toute l'année pour son bac alors qu'elle ne faisait pas le moindre effort. Pour preuve, elle n'est pas venue le jour des résultats ! Evidemment, elle n'a pas eu son bac, mais je n'ai pas reçu le moindre sms d'elle me demandant si j'avais eu le mien ! Et puis, mois d'aout, elle était revenue de sa colo où elle était mono, elle m'envoie un message auquel je ne réponds pas et elle ne comprend pas pourquoi je lui en veux. Ma meilleure amie lui explique, lui dit pourquoi toutes les deux on lui en veut, lui dit que c'est pire pour moi. Alors, elle m'envoie un message sur FB tentant de s'expliquer. Soi disant, elle était déçue de pas avoir eu son bac, alors elle voulait pas encore plus nous décevoir. Nul comme excuse sachant que je le savais avant elle qu'elle n'avait pas eu son bac. Et puis, soi disant, avec la colo, elle était décalée. Enfin, un message pour me culpabiliser. J'étais tellement déçue. Je pensais qu'elle et moi on était proches. Mais je me suis rendue qu'on a jamais été aussi proches que je le suis avec ma m.amie. Elle a fini par me demander si de mon côté, les liens étaient rompus, je lui ai dit qu'il me faudrait du temps mais que ce serait plus jamais comme avant. Finalement, notre amitié ne devait pas être si importante puisqu'elle ne m'a renvoyé aucun message. Ce n'est pas comme ça qu'elle récupérera mon amitié. Finalement, comme le dit ma meilleure amie, elle était une copine et pas une amie.

Voilà le périple de mes amitiés ! ça plus ce que j'ai vécu à côté, je suis devenue cette personne parfois tellement insensible, en apparence froide, cette personne qui n'accorde sa confiance à personne, cette personne solitaire. J'ai peut-être un coeur de pierre, mais au fil des années, j'ai perdu bien plus que des amitiés, j'ai perdu cette confiance en moi que j'avais lorsque j'avais treize ans ! J'ai jamais eu beaucoup d'amis ! Les années collège ont été les pires de ma vie et je crois que les années lycée n'ont pas été beaucoup mieux... J'étais la grande gueule de service, la fille qui ne sait pas rire, la connasse, entre autres choses j'imagine...

Les souvenirs, on ne peut pas les effacer, ils sont là mais les déceptions et les souffrances non plus. Gardez bien vos bons souvenirs mais croyez moi, faites bien attention à vous ! Sois vous êtes trop franches et ça ne va pas, sois vous ne l'êtes pas assez et ça ne va pas non plus ! Évidemment, il y a de véritables amitiés mais de nos jours, il est si facile d'être trahie ! Il y a les personnes qui vous comprennent parce qu'elles ont vécu la même chose et par cette phrase, je fais référence à une personne en particulier qui se reconnaîtra en lisant cela ^^

Il y a une citation que je trouve très à propos ;
<< On dit souvent que le temps guérit toutes les blessures. Je ne suis pas
d'accord. Les blessures demeures intacts. Avec le temps notre esprit
afin de mieux se protéger, recouvre ses blessures de bandages, et la
douleur diminue... mais elle ne disparaît jamais. >> [Rose Kennedy]

Voilà, je crois que j'ai fini et je crois que mes propos sont encore plus pessimistes que ceux de Yumi... Désolée !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetcandies.e-monsite.com
avatar
© Yumiita.
Psychopathe allumée du bulbe
Administrateur

Féminin « Où suis-je ? » : BOUH ! Juste derrière toi (a)
« Que fais-je ? » : Surpris si je te dis que je surf en ce moment sur Move It ?
« Comment va ? » : Comme une désespérée qui déteste le mois de Novembre *sbaff*


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Rage d'arts dramatiques

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Lun 27 Sep - 13:45

Alison a écrit:
Ensuite, je vais être celle qui va encore plus casser tous les rêves ! Mais je vous conseille fortement de ne faire confiance à personne ! Ne vous fiez qu'à vous même, n'oubliez pas que vous êtes à la fois votre meilleure amie et votre pire ennemie. Il faut jongler avec ça. Bien sûr, une véritable amitié, ça existe, Dieu merci, ma meilleure amie me prouve à chaque instant qu'elle est différente mais, croyez-moi, la trahison n'est jamais loin !

{...}

Il est vrai que je suis une personne solitaire, mais comme me l'a dit mon amie Yumita, entre être no-life et être trahie, le choix est vite fait ! Et bien, oui, quand on se fait trahir, ça laisse un goût amer ! J'ai jamais vraiment eu beaucoup d'amis, parce que je suis une fille franche, naturelle, et ambigüe. Oui, ambigüe, ou plutôt sarcastique ! Je suis la fille dont il est facile de tout me mettre sur le dos parce que je suis une grande gueule. Mais ma grande gueule me protège. Je ne fais confiance à personne. On se protège comme on peut.

{...}

Voilà le périple de mes amitiés ! ça plus ce que j'ai vécu à côté, je suis devenue cette personne parfois tellement insensible, en apparence froide, cette personne qui n'accorde sa confiance à personne, cette personne solitaire. J'ai peut-être un coeur de pierre, mais au fil des années, j'ai perdu bien plus que des amitiés, j'ai perdu cette confiance en moi que j'avais lorsque j'avais treize ans ! J'ai jamais eu beaucoup d'amis ! Les années collège ont été les pires de ma vie et je crois que les années lycée n'ont pas été beaucoup mieux... J'étais la grande gueule de service, la fille qui ne sait pas rire, la connasse, entre autres choses j'imagine...
Mon dieuu c'est hallucinant comment j'ai l'impression de me reconnaitre dans tout ça x'D
Bon à part que moi les années collèges je n'en garde pas trop un mauvais souvenir. Ma 4e a sans aucun doute été la meilleure de mes années scolaires, et en 4e / 3e j'avais des gens avec qui je m'entendais super bien ... Bon malheureusement à part un mec que je revois régulièrement, je ne vois plus les autres, mais ça c'est la vie, on a grandis on a pris des routes séparées, on a changé et perdu les centres d'intérêt qu'on avait en commun à l'époque, mais au fond on garde tous un bon souvenir de cette époque j'en suis sûre.
Par contre mes années lycée mais no coment quoi. J'ai passé 3 années horribles, et si on me disait demain "faut que tu retournes au lycée" mais croyez-moi faudra m'y trainer de force parce que j'y remettrai les pieds pour rien au monde. Comme Alison j'avais un côté grande gueule et pas assez hypocrite qui faisait qu'on ne m'appréciait pas beaucoup ; Je réussissais pas comme certaines à faire genre "oh ouais toi je t'aime trop" pour au final dire dans le dos de la personne quand elle était pas là "non mais quelle conne cette fille sérieux". C'est un comportement que beaucoup des nanas de mon lycée avaient et comme je suivais pas le mouvement j'étais un peu le vilain petit canard. Sans compter l'abruti qui m'a pourri toute mon année de 1ère et la moitié de la ma terminale (il avait quand même réussi à monter toute ma classe contre moi en racontant des trucs à mon sujet que personne n'a jamais voulu me répéter ensuite) ; Au final j'ai fini par lui envoyer mon poing dans la figure et on m'a foutu la paix le reste de l'année (et les profs m'ont soutenu au cas où il aurait été se plaindre au proviseur, parce qu'ils voyaient bien qu'il passait son temps à me rendre la vie impossible).

Fin bref voilà avec tout ça + ce que m'a fait mon ex soi-disant meilleure amie, maintenant j'ai compris le truc je compte que sur moi-même. Comme on dit mieux vaut être seule que mal accompagnée et comme vient de le dire Alison "entre être no-life ou être trahie le choix est vite fait" ... Et à vrai dire comme elle j'ai toujours été quelqu'un d'assez solitaire, bien sûr parfois y'a des moments où j'me sent un peu seule et où j'aimerai bien avoir vraiment quelqu'un sur qui compter en toutes circonstances, mais la plupart du temps j'estime que maintenant je ne m'en sors plus trop mal toute seule.

Et Alichou okay j't'attends le pied ferme sur MSN ce soir

❛ _________________ ❜

      prince of persia ▬ rise of a new hero
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://crystalmemories.e-monsite.com/
Administrateur

Féminin « Où suis-je ? » : Au paradis !
« Que fais-je ? » : Rien qui puisse être dit =p
« Comment va ? » : Un symbole ; ♥


Carnet de folie
Degré de folie:
40/50  (40/50)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Lun 27 Sep - 15:30

© Yumiita. a écrit:
Fin bref voilà avec tout ça + ce que m'a fait mon ex soi-disant meilleure amie, maintenant j'ai compris le truc je compte que sur moi-même. Comme on dit mieux vaut être seule que mal accompagnée et comme vient de le dire Alison "entre être no-life ou être trahie le choix est vite fait" ... Et à vrai dire comme elle j'ai toujours été quelqu'un d'assez solitaire, bien sûr parfois y'a des moments où j'me sent un peu seule et où j'aimerai bien avoir vraiment quelqu'un sur qui compter en toutes circonstances, mais la plupart du temps j'estime que maintenant je ne m'en sors plus trop mal toute seule.

Et Alichou okay j't'attends le pied ferme sur MSN ce soir

C'est clair que comme toi, parfois j'me sens un peu seule mais j'me dis aussi qu'au final, je me débrouille pas si mal toute seule ! J'ai l'habitude d'être seule, et j'suis fatiguée d'avoir fait des efforts pour des gens qui n'en valaient pas la peine. Je me souviens d'une citation (il me semble que je l'avais entendu dans OTH enfin) qui dit qu'on est tous seul et c'est bien vrai ! Avoir plein d'amis, c'est uniquement sur Facebook que ça arrive !

On voit souvent le lycée comme un endroit où il y aura moins de barrières entre les gens mais ceux qui arrivent au lycée ont encore leurs âmes de collégiens et baver sur les autres est leur passe-temps. Dans ma classe de Terminale, il y avait un groupe de garçons qui passaient leur temps à s'engueuler. Les dernières semaines, ils étaient redevenus les meilleurs amis du monde parce qu'ils avaient des "ennemis" en commun ; mes deux amies (dont la fille que j'ai parlé à la fin) et moi ! A la base, l'ennemie c'était moi, mais ces deux amies restaient avec moi parce que justement elles me défendaient et qu'elles me connaissaient, qu'elles savaient comme j'étais au fond. Ces garçons pensaient nous atteindre, mais comme le disait un garçon qui trainait avec nous trois, nous on s'en foutait, c'est eux qui parlaient le plus ! Nous, on était très bien toutes les trois !

Au final, j'ai peut-être qu'une véritable amie, qui est ma meilleure amie mais au moins je sais ce qu'elle vaut ! J'aurais pas de regrets ensuite parce que j'aurais été un mouton en suivant les racontars des autres ! Je me fie à moi-même... Tout ce que je sais, c'est qu'à cause de tout ça, j'ai plus du tout confiance en moi, ni aux autres et que, parfois, j'ai du mal à me dire que ma meilleure amie est différente et qu'elle est encore là, contrairement aux autres. J'ai confiance en elle, mais j'ai pas confiance en moi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetcandies.e-monsite.com
Plume

Féminin « Où suis-je ? » : « - Marco ? - Polo ! »
« Que fais-je ? » : « je navigue tranquille sur l'internet ! ♫ »
« Comment va ? » : « et tu sais, je suis sûre qu'elle l'a très bien pris parce qu'elle se sentait délicieusement bien ce jour là ! »


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Mar 28 Sep - 0:19

Je suis peut-être celle qui cherchait des conseils, mais au final..

Je suis celle qui refuse de faire des efforts. Car, Alison, tu dis avoir encore une vraie amie, quelqu'un en qui tu as confiance.

Il y a des personnes qui m'entourent, à qui je fais confiance. Mais je ne raconte pas mes secrets, bien sur je parle d'histoires rigolotes, anecdotes de cours, etc. Mais rien de ce qui me fait souffrir. A part peut-être ici, avec ce sujet que j'ai ouvert. Mais uniquement parce que je ne vous ai pas en face de moi, que je ne peux pas lire de jugement dans votre regard, ni entendre de la pitié ou moquerie dans votre voix.

Je suis pas au meilleur de ma forme mental, ni à mes meilleurs jours.. Que ce soit une histoire d'amitié ou plus, j'ai quelques tracas en tête.
Et malgré que je me sais entourée, que je les entends, ces filles (ou ce garçon) me dire qu'ils sont là pour moi, qu'ils veulent pas me savoir triste.. je leur souris toujours en disant que tout va bien.
Et c'est vraiment dans des rares cas, où je m'écroule et où je me confie. Mais sans jamais croiser le regard de mon confident du moment, sans jamais tout dévoilé.. Parce que j'ai tellement peur de me confier, que cette personne m'aide à aller mieux..et qu'au final elle m'abandonne, elle aussi, que je préfère essayer de donner le change, faire comme si j'étais forte et que ma peine passe en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Personne ne veut d'une amie qui est en dépression (je déteste dire ça.. argh.. si je pouvais revenir en arrière et ne jamais entendre ce foutu médecin me dire ça >< - c'était la petite parenthèse :D). Alors, j'essuie les larmes, je fais un grand sourire et je change le sujet. Le lendemain ? Je souris encore au confident de la veille en le devançant et affirmant que c'est passé, tout va bien.

C'est en gros ce qu'il s'est passé il y a deux semaines de ça. J'allais pas bien, je me suis isolée mais une amie est venue et a attendue que je craque, pleur pour essayer de me soutenir. Elle n'a réussit à savoir qu'une partie infime de ce qui n'allait pas. Et maintenant, elle me revoit comme Nadia, la fille toujours souriante et forte que je feins d'être.

Tout ça pour dire, que je n'arrive pas à redonner toute ma confiance à une seule et même personne. A ne me confier qu'à elle, ni même à me confier vraiment, tout court. Récemment, je disais avoir un meilleur ami, la semaine dernière j'ai dit à mon petit ami que ce meilleur ami n'était en fait qu'une connaissance parmi d'autre.
Je peux pas autoriser quelqu'un à me briser le coeur - que ce soit une trahison d'amitié ou d'amour - il n'est plus rouge mais blanc.. : fautes aux bandages. (petit clin d'oeil à la citation d'Alison).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neversaynever9t.livejournal.com/
Administrateur

Féminin « Où suis-je ? » : Au paradis !
« Que fais-je ? » : Rien qui puisse être dit =p
« Comment va ? » : Un symbole ; ♥


Carnet de folie
Degré de folie:
40/50  (40/50)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Mar 28 Sep - 0:45

Je te comprends, pour ce qui est de feindre que tout va bien ! C'est devenu un adage chez moi également ^^ Et, comme tu dis, il est vrai que contrairement à toi, j'ai une vraie amie qui connaît tous mes secrets, et en qui j'ai totalement confiance... mais ça a mis du temps pour qu'on ait la relation qu'on a aujourd'hui ! on s'est découvertes petit à petit.

Faute aux bandages, la confiance est dure à donner ! Mais, en ce qui concerne de dire les secrets en face de quelqu'un, je suis d'accord avec toi sur ce fait ! D'ailleurs, quand j'ai parlé de mon pire secret à ma m.amie, c'était sur Msn !

Tu sais, le meilleur moyen d'avancer est de faire confiance à ses instincts, à son jugement. Même si ça peut avoir des ratés, il vaut mieux avoir confiance en cela, qu'avoir trop confiance en ce que disent les gens.

J'espère pour toi que ça ira ! Pour en revenir à la fille dont tu parlais... Si jamais elle revient vers toi, fais bien attention à toi ! Je ne te dis pas de l'envoyer bouler si elle se montre vraiment sincère, juste fais attention !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sweetcandies.e-monsite.com
Plume

Féminin « Où suis-je ? » : « - Marco ? - Polo ! »
« Que fais-je ? » : « je navigue tranquille sur l'internet ! ♫ »
« Comment va ? » : « et tu sais, je suis sûre qu'elle l'a très bien pris parce qu'elle se sentait délicieusement bien ce jour là ! »


Carnet de folie
Degré de folie:
0/0  (0/0)
Je veux qu'on parle de :
Maladies connues: Névrose musicale

MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   Mar 28 Sep - 18:33

Je pense qu'elle ne reviendra pas. Et si elle le refaisait, je sais pas du tout comment je réagirais.

En attendant, cet été je l'ai revu. J'ai fait des bodegas, enfin bref. Le Mardi soir, mois d'Août, il y avait un feu d'artifice, et moi et ceux qui avaient fait les bodegas où j'étais, on faisait un repas de clôture. Bref, bref.. on est rentré plus tot que les autres, et sur le chemin du retour on l'a croisé. Je dit on parce que j'étais en présence de mon petit ami, de ma grande soeur, de mon beau frere, et de la mère de mon beau frère (chez qui on allait, en fait, donc départ d'avant le feu d'artifice et on l'a croisé parce qu'elle s'y rendait, elle.. bref !)
Deux pas après l'avoir croisé, mon beau frère dit assez fort (pour qu'elle l'entende) "Tu vois, on a rien fait et c'est elle qui fait la gueule !" J'ai demandé de qui il parlait, il m'a répondu. Alors, je me suis retourné pour la voir. Et je l'ai vu, elle s'était arrêté en plein milieu de la route, elle était accompagné de sa mère. Celle-ci m'a fait un signe de main, et mon ancienne amie.. ben je sais pas. elle avait une expression sur le visage, une expression que je n'ai pas su déchiffrer. En tout cas, moi j'étais toute chamboulée. Mais elle n'a pas fait de pas vers moi, alors.. Je me dis qu'alors qu'elle avait l'occasion elle l'a pas fait, ce n'est pas pour le faire plus tard.

Mais j'essaie de positiver, un jour je penserai plus à elle. Et elle ne me manquera plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neversaynever9t.livejournal.com/

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il existe pire souffrance que faire le deuil d'une personne morte qu'on a aimé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Move It :: ZONE NEUTRE :: Première entrevue :: 3615 your life.-